Accueil

Un leader en Or: Hmad AHNSAL

Mardi 15 Mars 2011 - 14:53:27


 

Hmad AHNSAL: Taghwilast d warraw-ns 

*********************

 Edgar Faure dit: « ...troisièmement: Les tribus de Tadla connaissent une situation caractéristique, il fallait que les responsables marocains en fassent attention, il s’agit des circonstances de ce qui est connu comme affaire du "tueur de Tadla"qui datait de 1951.

Il s’agit de l’affaire de Alhansali, qui a tué le mkhezni (un membre des forces auxiliaires) puis, il a déclaré la révolte et il a commencé à tirer le feu d’une façon aléatoire (à l’aveuglette) sur les français. Il a tué neuf (9) et a blessé d’autres; ce qui est drôle, c’est que la tribu n’a pas rendu le tueur ce qui a fait d’elle un complice dans ce crime. Elle a subi une forte répression par le général Bayer de la tour, qui a tué une dizaine de bebères (imazighen) des Ait Said Ouâli. »               

  Alkhabaya Assirriya li-Iksliban, mémoires d’Edgar Faure,                traduction par Mohamed Elaâfrani 2002.  retraduit en français par Lahoucin MBARKI

  ******************                               ****************

A l’instar des autres leaders de la résistance Amazighe notamment Moha Ouhammou Azayyi, Moha Ousaid Ouyerra, Mohamed Ben Abdlkrim Alkhattabi, Assou Oubaslam, Zayd Ouhmad? Addi Oubihi, Sidi Mha Ahnsâl, Askounti, Outamga, Houmman Afadwaki,

 Sidi Hmad AHNSAL (Ahmed Alhansali) est un héro de grand calibre, il est passé d’un simple berger et cultivateur à un militant ou leader de la résistance armée dans le Dir. À tel point qu’il a mérité de porter plusieurs surnoms notamment, « Le lion de l’Atlas », « la panthère et ses petits »...

Certes, les tortures, les oppressions, les injustices qu’il a subis des colonisateurs et du makhzen qu’il l’a enfanté, vont susciter l’enthousiasme révolutionnaire et avivé le pressentiment de la prise d’armes chez AHNSAL (Alhansali).

Pour comprendre cette sensation d’insurrection, Il faut revenir aux années 30 où AHNSAL a refusé d’obéir au Makhzen d’aller participer à l’extinction et l’éteinte des incendies dans la plaine et aussi à son refus de certains travaux de la corvée « Koulfa » ou le service obligatoire et gratuit. Ceci montre que AHNSAL avait une prédisposition et une tendance à être révolutionnaire contrairement à ce que prétendent certains gens gênés par la cause d’AHNSAL (Elhansali), qui font remonter sa révolution à un apurement de compte et à une réaction personnelle.

Les questions qui se posent toujours: 

·  Si AHNSAL était un simple homme, pourquoi les français ont consacré une grande somme d’argent pour sa capture?

· Pourquoi il y avait un vacarme de presse sur cette affaire différemment aux autres régions.

· Pour quoi les français reconnaissent partout la gravité de la situation dans la région du Dir?  Y avait-il une autre cause à l’exception de la résistance de Moha Ousaïd et du groupe d’AHNSAL (Ousidi,…).

· Pourquoi après la soumission de Tadla qui était en 1913, il fallait 7 ans et plus pour arriver à Lksiba et Tagzirt en particulier ou le Dir en général? Y a-t-il des montagnes infranchissables? Y a-t-il une mer ou un océan ou tout autre obstacle naturel? Ou la France n’avait aucun intérêt de soumettre le Dir, considéré le grand portail de l’Atlas.

· Pourquoi Mr Elmnbbehi un marocain sans marocanité proposa  à Lyautey que la seule solution possible: «...porter la guerre contre Moha Ousaïd.»?

· Pourquoi les journaux surtout « Al’alam »  des istiqlaliens et « Assaâda » ne cessaient de qualifier et de nommer AHNSAL de la même façon que les généraux français? Et nous citons à titre d’exemples: Le tueur « qatil et qattal » de Tadla, Le monstre de Tadla, le malfaiteur de Tadla,le Criminel de Tadla, le tueur de Benlouidane (Tarast).

            Voir «  journal Al’âlam » les numéros parus 17, 18, 19, 20, 23, 24, 26 Mai 1951; et le journal « Assâada » dans les numéros: 13,15,17 et 19 Février 1953…

 

Notes:  pour lire  le résumé de ces journaux, voir le livre intitulé:

Ahmed AlHANSALI, la vérité et l’Histoire, Moulay Ihya, édution Minbar Beni-Mellal 2003

                                                                                                                      Lahoucin MBARKI

 ****************************************************************************************************************

 

Témoignages, avoueries et avertissements à comprendre

 *****************************************************************************************************************

« ...A notre arrivée au Tadla, les tribus les plus berbères ayant le plus d’affinité avec la montagne, préfèrent la dissidence à la soumission mais, depuis 1932-1933, la pacification de l’Atlas a provoqué le retour à la terre des dissidents « imqountsen » de naguère, qui se sont remis à leurs travaux agricole et l’élevage. Dans une atmosphère de sécurité absolue...» 1ere étude sur les sols de Tadla Em.MIEGE, A.M.E.S

 

 

Cette déclaration révèle et montre certaines choses importantes pour orienter les débats actuels à chaque fois qu’on entame la résistance au Maroc:

· Qu’il y a dans la plaine de Tadla des tribus plus  amazighes (berbères) et d’autres moins amazighes donc peu arabisées (imazighen arabisés ou en voie d’arabisation), à titre d’exemple: Ait Rrbe3, Ait Tsmegt, Igwtayen (gwtaya), Ait 3li, imjjadên, Ait Hammou... et des tribus purement amazighes (berbères): Ait Abdllouli, Ait Saïd Ou3li, Ait Mhend, Ait Ouyrra, Ait Aâmer, Ait Ttelt, Ait Daoud Oumoussa…

· Que imazighen ont tendance à la dissidence et à la mort que la soumission.

· Nous citons ici l’exemple de Moha Ouhammou et de Mouha OuSaïd, qui ont choisi la mort loin des territoires occupés.

          (la tombe de Moha Ousaïd est à Ait Ikkou).

· Que les colonisateurs redoutaient bien imazighen qui étaient l’origine du grand souci et d’importunité pour le Makhzen implanté.

· La pacification de l’Atlas est au delà de 1934 car à cette date, des affrontements terribles se sont produits entre les combattants Imazighen et les armées françaises à TAZIZAWT (Tazizaout) au cœur de l’Atlas et au carrefour des tribus amazighes. La bataille de 1934 a laissé derrière elle des légendes mystérieuses qui illustrent l’ampleur des dégâts humains, à tel point que la plupart des tribus du Moyen Atlas et du Haut Atlas oriental ont pris Tazizawt comme lieu sacré et une destination de pèlerinage annuel mais pas une alternative de la Mecque.

· Avant la pacification de l’Atlas, il n y avait pas de sécurité à leur avis.

· Les régions situées dans le plateau des phosphates, le Gharb et une partie de Asays (Fes) sont soumises en 1912-1913 alors que Tagzirt et ses régions jusqu’à 1922-1923. Dix ans de différences, c’est très significatif. 

                                                                                                       Lahoucin MBARKI

 ******************************************************************************************************************** 

Commentaires

Pensée du jour

Qu'aime l'amour ? L'infinité. - Que craint l'amour ? Des bornes.

Transmis par Ousmane Sawadogo (Ouagadougou)